Laboratoire de Mécanique des Fluides et d'Acoustique - UMR 5509

LMFA - UMR 5509
Laboratoire de Mécanique des Fluides et d’Acoustique
Lyon
France


Nos tutelles

Nos partenaires




Accueil > Équipes > Fluides Complexes et Transferts > Séminaire du groupe > Archives (2018)

le 28 février 2018 - Fateh CHAABAT
Effets des barrières solides sur le comportement de la fumée en cas d’incendies dans les tunnels ventilés

13h@Salle Réné Michel, Bât. Oméga (2ème étage), UCBL (la Doua).

 le 28 février 2018 - Fateh CHAABAT Effets des barrières solides sur le comportement de la fumée en cas d'incendies dans les tunnels ventilés

Lors d’un incendie en tunnel, la perte de visibilité due à la densité optique des fumées et leurs problèmes de toxicité sont considérés comme les risques principaux auxquels les usagers sont exposés. Pour cela, le contrôle de la fumée est souvent la partie la plus importante de la planification d’urgence. Les systèmes de ventilation sont l’une des principales mesures de protection à adopter pour empêcher la fumée de se répandre. Cependant, la propagation de la fumée est un phénomène très complexe et par conséquent, la détermination de la vitesse critique de ventilation avec précision devient difficile –voir même impossible–. Cette complexité exige de disposer d’outil de sécurité plus performant qui permet un contrôle efficace de la fumée. Dans le cadre de cette étude, on test les écrans des barrières solides répartis le long du tunnel connu sous le nom « écrans de cantonnement ».

Nos travaux de recherche, à la fois numériques (avec FDS) et expérimentaux (sur une maquette réduite aéraulique froide dont l’incendie est modélisé par le rejet d’un mélange d’air et d’hélium dans de d’air frais), visent à analyser les effets des barrières solides sur la propagation de la fumée en cas d’incendie dans les tunnels en ventilation longitudinale. L’idée est de placer des barrières sur le plafond du tunnel pour empêcher le retour de la fumée en amont du feu même à des vitesses réduites de ventilation. Cette solution peut être utile, par exemple, dans les tunnels existants où l’espace disponible ne permet pas l’installation de nombreux ventilateurs ou dans les tunnels peu sollicitées par la circulation pour réduire les coûts de rénovation.


Figure - Condition de ventilation critique dans l’expérience isotherme : Cas d’un tunnel sans barrière (U0 = U0,cr = 0.256 m/s) [GAUCHE]. Cas d’un tunnel avec une barrière placée juste en amont de la source (U0 = 0.143 m/s ≈ 0.56*U0,cr) [DROITE]. Résultat - pour les mêmes conditions à la source, la barrière permet d’empêcher le retour de la fumée en amont de la source à une vitesse de ventilation U0 réduite à 56% de la vitesse critique U0,cr.

La suite du travail de thèse consiste à caractériser et analyser les effets des barrières sur la propagation et le comportement des fumées en cas d’incendie dans le tunnel en ventilation transversale en remplaçant le système de ventilation longitudinale précédent par un système d’extraction et d’évacuation de la fumée.
— 
CHAABAT Fateh doctorant en deuxième année de thèse
SALIZZONI Pietro et CREYSSELS Mathieu sont les encadrants de ma thèse

Agenda

Ajouter un événement iCal