Laboratoire de Mécanique des Fluides et d'Acoustique - UMR 5509

LMFA - UMR 5509
Laboratoire de Mécanique des Fluides et d’Acoustique
Lyon
France


Nos tutelles

Nos partenaires




Accueil > Actualités > Thèses - Habilitations à diriger des recherches

Soutenance de thèse ECL

Paul Laffay

Mercredi 10 juillet 2019 à 14h30, ECL bât. W1 amphi 203

Paul Laffay

Étude aéroacoustique de la détente d’un écoulement haute pression à travers des plaques perforées.

Le jury sera constitué de :

Marc C. JACOB, Professeur, ISAE-SUPAERO, Directeur de thèse
Stéphane MOREAU, Professeur, Université de Sherbrooke, Co-directeur de thèse
Christophe SCHRAM, Professeur, Von Karman Institute, Rapporteur
Yves GERVAIS, Professeur, Institut Pprime, Rapporteur
Bénédicte CUENOT, Chercheur Senior, CERFACS, Examinatrice
Daniel JUVÉ, Professeur, École Centrale de Lyon, Examinateur
Josselin REGNARD, Ingénieur, Safran Aircraft Engines, Invité

Le bruit généré par la détente d’un écoulement sous pression à travers des plaques multi-perforées ou des diaphragmes est étudié expérimentalement. Cette analyse est menée sur deux configurations géométriques distinctes dans lesquelles la plaque perforée est placée à la sortie d’un conduit cylindrique (configuration de jet libre) ou à l’intérieur de celui-ci (configuration de jet confiné).
Dans un premier temps, une étude paramétrique acoustique est effectuée pour ces deux configurations en variant les caractéristiques géométriques des plaques perforées et les points de fonctionnement dans des régimes subsoniques et supersoniques. Les différentes sources de rayonnement pouvant apparaître sur de tels systèmes de détente, sont alors identifiées. Par ailleurs, les effets acoustiques de chacun des paramètres géométriques sont mis en lumière, offrant ainsi une aide à la conception silencieuse de tels systèmes.
Dans un second temps, l’intérêt est porté sur l’analyse de la composante à large bande dominante : le bruit de mélange. Cette étude est menée sur la configuration de jet libre et s’appuie sur des visualisations strioscopiques ainsi que sur des mesures de vélocimétrie par image de particules couplées à des acquisitions acoustiques en champ lointain.
Dans le cas des diaphragmes, les différents résultats mettent en évidence des mécanismes sources du bruit de mélange similaires à ceux observés dans la littérature pour les jets isolés issus de tuyères. Le rayonnement à l’aval, dominant, est généré par l’interaction de grosses structures turbulentes cohérentes à la fin du cône potentiel du jet, tandis que dans les autres directions, le bruit est généré par la turbulence de petite échelle dans les couches de cisaillement du jet.
Pour les plaques multi-perforées, des mécanismes comparables sont également identifiés. Néanmoins, selon la géométrie de ces plaques, deux zones sources distinctes du rayonnement aval sont identifiées favorisant l’apparition de deux bosses dans les spectres en champ lointain. Dans le cas de perforations éloignées, la bosse à plus haute fréquence domine le spectre aval et l’interaction des grosses structures turbulentes se produit au niveau de la fin du cône potentiel des jets. Lorsque les perforations sont en revanche proches, c’est la bosse à basse fréquence qui domine et l’interaction des grosses structures turbulentes cohérentes semble se produire près de la fin du cône potentiel du gros jet équivalent formé à l’aval à partir du mélange de l’ensemble des jets issus des perforations. Dans les autres directions, l’espacement des perforations joue également un rôle important sur le rayonnement acoustique, du fait d’une interaction plus ou moins rapide des jets entre eux. Cela a alors pour effet de modifier les zones de cisaillement et en conséquence le rayonnement acoustique de la même manière que dans la direction aval.

Agenda

Ajouter un événement iCal